Sourzac

Vous êtes ici

24400 SOURZAC
Tél. : 05 53 81 01 06
WebsiteWebsite
WebsiteWebsite

Une occupation préhistorique

Site exceptionnel, Sourzac a connu une occupation très ancienne : Découverte la même année que LASCAUX (1940), la Grotte Ornée de GABILLOU peut être considérée comme une véritable galerie d’art avec ses 223 gravures datant du Paléolithique supérieur (Gravettien – 25000 ans).

Dans un souci de conservation, elle n’est pas ouverte au public. (L’accès est difficile, la galerie est très étroite, et les gravures sont inscrites dans un calcaire friable).

Les formes représentées sont diverses, animales et anthropomorphes : bisons, rennes, chevaux… se pressent dans cet espace et côtoient un sorcier, une femme à l’anorak.

Saluons le travail acharné et passionné du Docteur GAUSSEN grâce auquel cette grotte a été mise en valeur (déblaiement, mise à jour de gravures et un excellent inventaire précis mené à bien).

Des gravures de la grotte sont visibles de juin à septembre dans le presbytère.

 

La période moyenâgeuse

Au 7ème siècle il est fait mention d'un prieuré conventuel bénédictin. Cette abbaye fortifiée est édifiée sur l'éperon rocheux dominant la rivière, en l'occurrence l'Isle.

En ces temps troubles où l'envahisseur était toujours à craindre, il importait de construire en un point facile à défendre. Le rocher, isolé par des fosses où s'écoulaient les eaux de la source, était un lieu de défense redoutable. Le prieuré offrait aussi aux populations inquiètes un asile protecteur.

Au cours des 9ème et 10ème siècles, les Normands, montés sur leurs redoutables drakkars, semèrent la terreur dans notre région. Ils se heurtèrent une première fois à l'abbaye de Sourzac en 847 ou 849, ne quittant les lieux qu'après avoir tout détruit, ne laissant sur place aucun survivant et emportant un important butin. Sourzac devait être ainsi visitée maintes fois durant un siècle, et à chaque passage c'était l'horreur du massacre suivi du pillage et de l'incendie. Ce n'est qu'au 11ème siècle que l'église et son prieuré furent reconstruits.

Vint la guerre de cent ans, Sourzac fut touchée dans ce qui lui était le plus cher : son église et son prieuré. Les Anglais ratissant la région et surpris par l'opiniâtre résistance de la garnison retranchée dans le lieu, détruisirent en partie l'édifice. Ces mêmes anglais, chassés par Jeanne d'Arc, abandonnent peu à peu le centre de la France et particulièrement la région d'Orléans. Ils passent alors à Sourzac, commandés par le général Talbot. Ils y trouvent une forte résistance et détruisent à nouveau le prieuré et son église transformée en forteresse. Mal leur en prit, car peu après, en 1453 à Castillon, Talbot est tué et les Anglais sont battus, c'est pratiquement la fin de la guerre de cent ans.

La reconstruction s’opère au XVe siècle

Durant les guerres de religion, Sourzac fut le théâtre, plusieurs fois de sanglants affrontements, en 1587 et 1591. En 1591, après neuf jours de lutte le prieur s’échappe de nuit à l’aide du grand bateau de Sourzac. L’église résistera assez heureusement aux assauts.

 

Le nom de Sourzac vient de la source qui jaillit de la grotte et se répand en cascade sur la roche face à l’église.

Cette fontaine de Sourzac est pétrifiante, c'est-à-dire capable de former une couche pierreuse par incrustation de carbonate de calcium sur des corps séjournant dans son eau calcaire. Le processus est très lent mais à l'échelle des temps géologiques il a constitué le plus remarquable dépôt de tuf de la région, véritable promontoire suffisamment robuste pour servir d'assise à l'église du prieuré de Sourzac.

Surmontée par une statut de la vierge, c'est cette fontaine, qui au cours des âges a crée par des dépôts de tuf calcaire, l'énorme piton rocheux, unique dit-on en Europe, creux comme un gruyère, sur lequel s'élève l'édifice religieux et ses annexes.

A découvrir :  site de l'église, expositions

A déguster : Restaurant Le Rocher des Gourmets  le-relais-de-gabillou